Comment tout savoir sur l’eau ?
« La face cachée de l’eau » Hors série de Biocontact n°261 oct 2015.
Un dossier qui commence par la question; « à quoi sert l’eau ?« . On y découvre de nombreuses réponses complémentaires aux évidences que sont : « l’eau sert à faire nager les poissons et naviguer les bateaux« .
L’eau représente une écrasante majorité de molécules dans notre corps qui s’organisent en un réseau d’échange d’information. La transmission d’information se ferait par code dont le support est l’eau. L’eau est informée et la qualité du message  qu’elle porte est nécessaire à la santé. Elle ne doit pas être appauvrie d’information qualitative indispensable à tout système vivant.

Il convient dès lors d’éviter de l’exposer à des événements artificiels perturbateurs comme les champs électromagnétiques, comme un environnement polué, etc.Bref, ne pas obtenir de l’eau morte mais de l’eau vivante.
Et pour une bonne qualité on vivifie l’eau  en la mettant dans un vortex tourbillonnant.
Pas étonnant que les arts martiaux soient à la recherche du mouvement en spiral réalisé par ce corps humain fait de molécules d’eau.

Mais alors, étant donné qu’il y a de nombreuses eaux, comment reconnait-on une eau bonne à boire ?

Avec prudence, nous naviguons dans un océan d’incertitudes au milieu des 4 types d’eau, en réseau, embouteillée, purifiée, dynamisée.
– embouteillée : eaux de source ou eaux minérales
– purifiée : eau de réseau qui est purifiée ou filtrée
– modifiée : à partir d’eau de qualité, les propriétés physiques ou chimiques de la molécule d’eau sont changées.

Votre choix va reposer sur 4 critères, économique, écologique, gustatif et sanitaire.
Pour la qualité il existe des normes mais force est de constater que la quantification des polluants par des méthodes physicochimiques ne permet pas de connaitre la toxicité réelle d’une eau.
Le système de filtration à choisir devra avoir fait ses preuves quant à l’analyse  complète de toxicologie selon la normalisation en vigueur.
Vous ajouterez le PH,le potentiel redox (ORP) et le rH2 avec en plus la minéralité évaluée par bio-électronique.

Vous en savez dorénavant un peu plus sur l’eau mais bien moins qu’en lisant l’article complet. A sa lecture vous serez convaincu de dynamiser votre eau, de la minéraliser, etc. et de la choisir en fonction de vos besoins physiologiques personnels.

L’article aborde également le sujet de la cristallisation sensible, permettant de révéler les éléments formateurs des organismes ou des substances.

La part belle est également faite aux expériences extraordinaires de Masuru Emoto sur la mémoire de l’eau (dont je conseille vivement la lecture des ouvrages). La notion de Hado, la plus petite unité d’énergie invisible, qui est selon lui, le lien entre la conscience et matière, et qu’il rend visible au travers de ses expériences.
Oui oui, la conscience influence le vivant (c’est un peu quantique tout cela).

Un état des lieux sur les méfaits des ondes diverses sur l’eau et donc notre santé est détaillé (micro onde,  onde électromagnétiques, …). Mais vous y trouverez également différentes solutions pour y pallier.

Toute une partie du sujet se préoccupe de l’analyse bio électronique. Cette notion nous aide à comprendre ce que signifie une « eau de qualité ».

Voilà voilà, n’attendez pas d’avoir soif de connaissance, abreuvez-vous de ce hors série et dégustez tout autre ouvrage sur l’eau.