fruits et légumes

L’alimentation vivante est l’alimentation crue. C’est l’alimentation normale, non altérée par la cuisson. Nous sommes, nous les humains, seuls à cuire nos aliments (ce qui n’était pas le cas il y a 100 000 ans), et nous sommes les seuls atteints de maladies dégénératives.
En effet, le feu change la qualité de l’aliment, il le modifie ses constituants : vitamines, minéraux, enzymes, etc.

Les enzymes, nécessaires pour bien digérer, sont la force vitale des aliments : détruites entre 42 45°C. Elles ne résistent à aucune cuisson. Pourtant ils sont nos catalyseurs permettant d’accélérer les réactions chimiques (de 1 à 12 avec ou sans enzyme).

Les vitamines qui permettent construction et destruction dans notre corps sont détruites entre 60 et 120°C.

Les minéraux passant par la plante évoluent et se vivifient. C’est sous cette forme que nous les assimilons. Les minéraux inorganiques se fixent mal aux structures moléculaires. Dans l’eau de cuisson ils sont saturés et ne se fixent pas aux autres substance. Et l’accumulation de sels minéraux provoquent durcissement des tissus et sclérose des artères.

Les protéines coagulent avec la cuisson et sont alors moins perméables aux sucs digestifs. La cuisson des viandes crée une perte de biodisponibilité de 60% et de nombreux résidus acides. Et on pense que pour compenser il faut manger plus ce qui conduit à un surplus de travail pour les organes (devenant surchargés par ces déchets acides). Quant aux protéines végétales, elles sont facilement mangées crues !

Les lipides sont inutilisables par l’organisme lorsque les huiles sont chauffées car elles se dénaturent, se saturent. A plus de 200°C, les graisses engendrent de nouveaux composés chimiques très toxiques.

Pou résumer (pluriel nature n° 106), lors de la cuisson, sous l’effet de l’agitation thermique, les molécules se choquent, se cassent et s’accrochent au hasard à d’autres structures, pour former des molécules nouvelles complexes, n’existant pas dans la nature et dont les propriétés et le destin sont inconnus.

Voilà pourquoi il est profitable, bon, etc de manger les aliments crus, vivants. Et à choisir un type de cuisson, celui-ci devrait être doux, respectueux de l’aliment, apportant le moins de perturbation liée à  l’agitation thermique des molécules.

La force vitale que l’on observe chez les animaux provient de leur alimentation crue.
Pour bénéficier de l’énergie vibratoire de l’aliment, mangez cru. même l’hiver, chaleur et énergie sont donnés par le cru.
Notez que fruits et légumes contiennent de l’eau vitalisée par l’énergie solaire qui vivifie l’organisme, nettoie l’intestin, draine les reins.

Dans un prochain article, nous verrons tout ce qui est bon de consommer cru. Le choix du cru est primordial pour la santé, est essentiel pour recouvrer un état vibratoire en syntonie avec notre environnement.

Bon appétit !

NB:
vous pouvez consulter les travaux, entre autre, de  :
– Piere valentin Marchesseau fondateur de la naturopathie
– Dr John Bjorksten chercheur en biochimie
– Pr Richet
– M Kouchakoff
-Dr Edward Howell
– Dr Nicola Le Berre